Du gâteau à la Régie sportive

Qui a dit qu’être conseiller communal, c’était juste s’asseoir autour d’une table une fois par mois pour approuver ou rejeter des propositions de décisions au conseil communal ? Au programme aujourd’hui : réunion du collège des commissaires de la Régie sportive d’Andenne.

Le gâteau est-il réussi ?

Dans le cadre de mon mandat de commissaire, ma mission consiste à contrôler que les comptes présentés au prochain conseil d’administration de la Régie correspondent bien à la réalité.

Pour comprendre en quoi consistent les comptes, on peut prendre une analogie culinaire. Les comptes sont un peu comme le gâteau, alors que le budget c’est la recette. En d’autres mots, si le cuistot est bon, le gâteau préparé sera aussi bon que ce que nous promettait la recette. Et les commissaires sont les gouteurs qui s’assurent que le gâteau n’est pas juste un décor en carton ou que la farine utilisée est bien de la farine.

Le collège des commissaires de la Régie sportive est composé de trois commissaires. L’un doit être membre de l’Institut des réviseurs d’entreprises, c’est le professionnel. Il est garant de la légalité de la présentation des comptes. Les deux autres membres représentent le conseil communal, et en fin de compte la population.

Ceci dit, l’analogie avec les gouteurs n’est pas complète car mon mandat de commissaire est bénévole. #précisionutile

Les jeux sont faits, rien ne va plus

J’ai donc épluché hier soir tous les documents des comptes. On y trouve le bilan comptable, le compte de résultat ainsi que les balances des comptes généraux, clients et fournisseurs.

Le bilan dresse un portrait à un moment donné de l’état des finances de la Régie. Sans entrer dans les détails, il représente ce qu’elle possède et ce qu’elle doit, ou pour faire court, ce qu’elle vaut. En l’occurrence un La Régie sportive d’Andenne vaut un peu plus de 10 millions d’euros. On y retrouve par exemple l’état de ses dettes (principalement les emprunts en cours).

Le compte de résultat quant à lui synthétise tout ce qui s’est passé sur le plan comptable pendant une période donnée. On y retrouve entre autres le chiffre d’affaires, le bénéfice éventuel, le montant des impôts payés et des emprunts remboursés.

Les balances sont le détail de tout les mouvements d’argent sur une période donnée. Elles reprennent donc pour chaque tiers (client ou fournisseur) ou pour chaque poste comptable l’état de ce qui est dû ou qui doit encore être reçu.

Cela peut paraitre rébarbatif de prime abord. Mais avec l’expérience, on retire énormément d’informations utiles pour analyser le fonctionnement d’une entreprise comme la Régie sportive.

Un travail de fourmi

Je ne suis ni comptable, ni réviseur, ni économiste. En tant que commissaire, je peux consulter l’ensemble des documents qui ont servi à établir les comptes de la Régie. Si un montant m’intrigue ou que je veux en savoir plus, je peux donc demander à voir les factures. Ou tout autre document qui permet de répondre à mes questions.

J’ai énormément de respect pour le travail accompli par l’administration. Établir les comptes nécessite beaucoup de rigueur et surtout une masse de travail très importante. Une rigueur bien nécessaire afin que chaque euro dépensé le soit à bon escient.